La Corse, une île enchanteresse aux mille parfums … dans le maquis et dans ses vins !

Des vins à l’image de ceux qui les font
Les vins corses ont du caractère parce qu’ils sont élaborés par des hommes et des femmes qui en ont tout autant, façonnés qu’ils sont par leur île qui est aussi rude qu’elle est belle. Et pour le savoir, il faut prendre le temps de l’observer, de la sentir et de l’écouter, du nord au sud, d’est en ouest. Quand on a parcouru à pied le désert des Agriates, près de Saint-Florent, fouettée par le vent, fait le tour de la Balagne, de l’île Rousse à Calvi, et celui du Cap où pousse le muscat, de Bastia jusqu’à Patrimonio, là où les vignes accidentées de Barbaggio se révèlent, on devine une partie du potentiel du vignoble corse. Ensuite, ce sera la traversée du centre sur des routes sinueuses, en passant par Ponte-Leccia, Corte et Vizzavona, avant d’aller flâner dans Ajaccio et faire le tour de ses vignobles. De là, on pourra descendre s’installer dans le Sartenais ou du côté de Figari, puis longer les falaises de Bonifacio, se rendre par des chemins escarpés dans le massif de Bavella, enneigé au mois de mai, et admirer tous ces villages accrochés à flanc de montagne, afin de bien comprendre que le compromis ne fait pas partie du quotidien des Corses. Et pour avoir échangé longuement avec nombre d’entre eux, j’ai compris que les vignerons de l’île de Beauté ont appris à composer avec cette nature qui aura de toute façon toujours le dernier mot.

Des cépages particuliers
La Corse, région de France attachée vigoureusement à ses traditions, cultive ses cépages tout autant que sa différence. On y trouve la barbarossa, l’aleatico, connu en Italie, la codivarta, le carcajolo, mais aussi la syrah, le cinsault, le grenache noir, et bien d’autres encore. Mais ce sont les cinq cépages suivants qui lui donnent sa personnalité ampélographique :

En rouge :
– Le niellucciu qui vient de niellu et qui signifie noir, sombre ou dur, est en fait le frère jumeau ou cousin, c’est selon, du sangiovese que l’on connaît en Italie. Cultivé sur environ 35% du vignoble, il donne des vins bien construits, corsés, assez tanniques et aptes au vieillissement. Dans sa jeunesse, notamment dans le patrimonio, il se montre rustique, austère et très tannique, alors qu’il peut réserver d’étonnantes surprises si on sait l’attendre 4 à 5 ans avant de l’apprécier.
– Le sciaccarellu, cépage autochtone dont le nom fait référence à son aspect croquant, ou craquant sous la dent, représente 15% de la surface viticole, principalement dans l’ouest de l’île, entre Ajaccio et Sartène. Les vins, issus de vignes qui ont poussé sur des sols de nature granitique, sont plutôt souples et élégants, avec une légère note poivrée à l’olfaction.

En blanc :
– Le vermentinu (ou malvoisie corse) est une excellente variété connue en Provence sous le nom de rolle ou de vermentino. Cépage principal des blancs de l’île, il permet d’élaborer des crus de qualité, expressifs (présence minérale marquée en fonction des terroirs), doté d’un certain gras et d’une bonne matière fruitée, tout en conservant une agréable fraîcheur, et une légère mais fine pointe d’amertume en finale. Étonnante aptitude au vieillissement (8 à 10 ans) au cours duquel il adopte des fragrances marquées d’hydrocarbure.
– Le biancu gentile, qui est typiquement corse, donne des vins clairs et aromatiques, avec parfois du gras et de la matière.
– Le muscat à petits grains, connu dans le sud de la France, est à la base de savoureux et très fins Vins Doux Naturels produits dans le nord de l’île sous la dénomination Muscat du Cap Corse.

Les appellations

Ajaccio (240 ha): La nature du sol granitique de cette région n’est pas étrangère aux arômes et à la finesse des vins qui y sont élaborés. Ici, le sciacarellu domine nettement et apporte au vin des notes poivrées non négligeables. Bonnes maisons : Clos Capitoro, Clos d’Alzeto, Clos Ornasca, Comte Peraldi, de Pietrella, de Pratavone et de Vacelli.

Corse (ou Vin de Corse ; 2 150 ha) : Si cette AOC peut être produite sur l’ensemble du vignoble corse, mis à part l’aire de production du patrimonio, une grande partie de cette AOC est située dans la zone orientale. Toutefois, ce sont les cinq entités locales suivantes, indiquées à la suite de l’appellation régionale, qui lui donnent ses lettres de noblesse : Calvi, Coteaux du Cap Corse, Figari, Porto-Vecchio, Sartène. Contrairement à l’AOC Patrimonio qui se limite aux variétés vermentinu (à 100%) en blanc, et niellucciu (90%), les producteurs de ces appellations ont plus de latitude en matière d’encépagement.

Muscat du Cap Corse (90 ha): Cette AOC rend justice à ce délicieux Vin Doux Naturel moelleux et d’une grande fraîcheur élaboré avec le fin muscat à petits grains. Les vins doivent être issus de raisins récoltés dans l’aire de production des AOC Patrimonio et Vin de Corse – Coteaux du Cap Corse. Bonnes maisons : Clos Nicrosi, Clos Santini, Antoine Arena, de Catarelli, E Croce, Gentile, Giudicelli, Orenga de Gaffory et Pieretti.

Patrimonio (420 ha) : La plus belle entité viticole à mon avis ! Elle est située sur les flancs des coteaux ensoleillés du golfe de Saint-Florent, sur des terres argilo-calcaires, traversées parfois par des veines schisteuses. Appellation la plus connue hors de l’île, elle est appréciée pour ses vins rouges fins, issus principalement du niellucciu (90% minimum), garant d’une bonne structure tannique et d’un excellent potentiel de vieillissement. Avec le temps et l’amélioration des pratiques œnologiques, les blancs de vermentinu prennent aujourd’hui la place qu’ils méritent et constituent d’excellents vins d’accompagnement. Bonnes maisons : Clos de Bernardi, Clos San Quilico, Clos Santini, Clos Signadore, Clos Teddi et les domaines Antoine Arena, E Croce (Yves Leccia), de Catarelli, Gentile, Giudicelli, Leccia et Orenga de Gaffory.

Les bonnes maisons disponibles à la SAQ
En plus de quelques importations privées, on trouve peu de vins corses à la SAQ, et c’est fort regrettable. Ceux qui sont présents sont toutefois élaborés par d’excellentes propriétés.

Ajaccio : Comte Abbatucci (biodynamie).
Patrimonio : Antoine Arena (bio), E Croce (bio), Clos Signadore. À surveiller : Clos Gentile (bio) et Giudicelli.
Calvi?: Alzipratu, Clos Culombu. À surveiller : Maestracci (Clos Reginu ; biodynamie).
Figari?: Clos Canarelli (biodynamie)
Porto-Vecchio : Domaine de Torraccia (bio).

Harmonies de table
Blancs?: Fruits de mer (coquillages – oursin), poissons braisés (dorade aux champignons), bouillabaisse, fromages de chèvre et de brebis (brocciu frais). Servir le muscat du Cap Corse en apéritif mais aussi avec un foie gras chaud aux raisins, des fromages à pâte persillée, des tartes et des sorbets aux fruits blancs, et des fritelli (beignets de farine de châtaigne).
Rosés?: Bruschetta, charcuteries, fruits de mer (oursin – moules à la sauce thai – pilaf de crevettes à l’indienne), poissons grillés (rouget – truite saumonée), viandes blanches (brochettes de porc, sauce teriyaki – pain de viande aux olives – côtes levées aux tomates séchées), pizza aux tomates et aux poivrons, volailles grillées ou rôties (ailes de poulet grillées aux épices), bouillabaisse
Rouges (Vin de Corse)?: Charcuteries (figatelli – lonzu – coppa, etc.), râble de lapin au genièvre, viandes grillées et rôties (rôti de veau au vin rouge – ragoût d’agneau au thym), volailles rôties (canard aux olives – poulet chasseur), fromages de brebis (brocciu affiné). Servir les rouges d’Ajaccio et de Patrimonio avec des pâtes à la viande (spaghetti – cannellonis farcis – lasagne – pappardelles au canard), des viandes rouges grillées et rôties, du gibier à plume et à poil (daube de sanglier aux marrons) et des fromages de brebis (brocciu affiné).

PETIT COUP D’OEIL

La superficie totale en production est de 7 000 hectares, dont 2?500 en AOC (35?% de la production totale du vin corse), qui se répartit de la façon suivante :

55% de rosé
33% de rouge
12% de blanc (dont moins de 2% de muscat)

Le climat méditerranéen est modifié par un puissant relief montagneux, alliant soleil et fraîcheur.

Les sols sont principalement calcaires et schisteux au nord, et granitiques au sud.

450 producteurs, dont 125 caves particulières, un négociant et plusieurs caves coopératives.

Une production de vins en IGP Île de Beauté (Indication Géographique Protégée, autrefois Vin de Pays) l’emporte nettement (près de 60%), avec une dominante en rosé.

Quatre AOC : Ajaccio, Corse ou Vin de Corse, Muscat du Cap Corse et Patrimonio.